ChannelDraw
Gianluca Costantini
Political Comics

[FR] Le bouclier de la ligne pour Patrick Zaky

Comment une campagne artistique s’est transformée en action politique

par Elettra Stamboulis, 12 mars 2021
Traduction Sarah Tuggey

Avec sa ligne, Gianluca Costantini protège ceux qui sont cachés de la vue : son dessin est un bouclier. 
C’était également le cas de Patrick Zaky, un brillant étudiant égyptien qui avait été admis au master GEMMA de l’université de Bologne, un cursus universitaire international et très prestigieux. Patrick vit sa vie de recherche et de communauté dans la cité émilienne, et rentre chez lui pour les vacances afin de revoir sa famille. Le 7 février 2020, il est arrêté. 
Un militant, ce n’est pas un membre d’un parti politique, ce n’est pas un artiste. Il n’existe aucune image publique de ce détenu inconnu, arrêté pour délit d’opinion et maintenu en prison dans l’attente de son procès depuis plus d’un an. Gianluca fait donc ce qu’il sait faire de mieux : le 7 février, inspiré par une photo du garçon sur son profil Facebook, il fait un dessin et partage l’image sur Facebook et Twitter. L’image est synthétique : l’étudiant emprisonné, barbu et à lunettes, enveloppé de barbelés et des mots « Freedom for Patrick Zaky ». Ce qui se passe grâce à cette image, cependant, est en partie inattendu. 

Comme le dit Tania Bruguera, « Les choses n’arrivent dans la société que lorsque les gens interviennent et participent ». La capacité à s’engager dans l’histoire de cette image nous montre ce qui peut arriver lorsque l’art active une coopération qui va au-delà du musée et de la galerie. 
Quelques jours après le tweet de Gianluca, Amnesty Italie a utilisé le dessin pour lancer la campagne pour sa libération avec le sous-titre « Arrêté parce qu’il est militant ». Le dessin, cependant, devient immédiatement un signe utilisé par des militants individuels, collé dans la rue, laissé sur des étals, imprimé et collé sur des cartons improvisés comme des affiches. Entre-temps, le confinement arrive et il semble que le parcours de l’image de Zaky et de la campagne qui lui est liée soit destiné à rester uniquement numérique. 

Le 6 mai, Costantini utilise de manière créative la possibilité d’interventions imaginaires et colle le dessin de Zaky sur l’immense espace publicitaire, à ce moment-là vide, de Piazza Maggiore, en utilisant Photoshop. Il  tague également le maire de Bologne Merola, lui proposant la possibilité d’utiliser ce vide commercial pour donner un signe institutionnel de soutien à la campagne. Le lendemain, le maire l’appelle et, en quelques jours, l’affiche de trente mètres de long est placée sur la place historique de la capitale de Bologne. Les citoyens, qui ils étaient juste autorisés à aller se promener dehors, ont idéalement adopté l’initiative. Ils prennent un selfie avec ce fond, envoient des centaines de messages enthousiastes sur cette présence qui s’applique à tous et que le confinement forcé causé par le virus a peut-être rendu plus empathique. Il s’agit d’une œuvre publique qui, dans un certain sens, sert de médiateur et réunit une histoire parfois conflictuelle entre le Street Art et les institutions de la ville. 

L’initiative rencontre un tel succès (la télévision, la presse, les réseaux sociaux en parlent) que quelques jours plus tard, les entreprises réalisent que l’espace a une valeur… alors l’affiche est retirée pour faire place à la publicité. L’œuvre éphémère, née virtuellement, transformée en objet puis retirée pour des raisons économiques, placée sur la Piazza Maggiore – certainement le lieu où convergent tous les pouvoirs de la ville, l’Hôtel de Ville, la Basilique de San Petronio, la Bibliothèque Archiginnasio – est un résumé des pratiques, des limites et du conflit inhérent à de nombreuses opérations sur les murs de la ville. 

Mais la réaction ne s’est pas fait attendre : désormais, l’image est la « chose », son exposition publique est perçue comme un enjeu collectif de la ville. Le 13 juin, les militants de Labas apportent l’image recomposée dans une mosaïque réalisée avec 1500 photocopies de l’original, morcelées et recomposées dans un format de 10 X 15 m. Une action symbolique sur la place de l’Hôtel de Ville : cette fois, cependant, il y avait une variation sémantique importante. Le portrait de Patrick est symboliquement tenu dans la main, comme lors d’une manifestation, par Giulio Regeni, le jeune chercheur italien tué et torturé par la police égyptienne. Cette action est complétée par les nombreux messages envoyés sur les réseaux sociaux à la municipalité de Bologne par des citoyens demandant la présence de l’image de Patrick comme preuve d’engagement envers la demande de libération. 

Entre-temps, l’université de Bologne, la plus ancienne d’Europe, a décidé aussi de se mobiliser pour exiger la libération de son étudiant, interprétant son engagement d’une manière très intéressante : l’idée d’une citoyenneté universitaire, de la recherche, qui devrait protéger les étudiants et les chercheurs, vient en fait de loin. La caractéristique historique de Bologne, comparée par exemple à celle, tout aussi ancienne, de Paris, est d’être une universitas scholarium, les étudiants qui s’organisent dans ce type de corporations étaient donc essentiellement des étudiants non bolognais, des étrangers, pour se défendre des abus, en particulier des hôtes, en terre bolognaise. Ce sont donc les étudiants étrangers qui fondent l’identité de l’université de Bologne, et le recteur, les enseignants et les étudiants se réapproprient cette identité internationale, en activant non seulement l’installation en juillet dans la bibliothèque de l’Archiginnasio des silhouettes de Zaky, mais aussi en les plaçant dans toutes les salles d’étude de la ville, celles à nouveau occupées mais avec une distanciation sociale en place. Patrick est donc « l’un de nous », est parmi nous, il doit revenir. 

En même temps, le maire de la ville cherchait un lieu tout aussi symbolique à utiliser pour rendre à nouveau public, explicitement et dans la rue, le soutien de la ville à la campagne : le 28 juillet, l’affiche avec le dessin a été placée sous les deux tours, symbole emblématique de la ville de Bologne. 

Mais la route est longue et large, et la prise de conscience de deux institutions telles que l’Université et la Municipalité active d’autres forces motrices, d’autres voix qui se joignent au chœur des demandes : pendant les concerts et les festivals, les silhouettes sont insérées dans les étals, elles sont utilisées dans les cinémas en plein air, sur les places et dans les bibliothèques de divers endroits en Italie. 

En septembre, lors du traditionnel festival des cerfs-volants de Cervia, les volontaires construisent un cerf-volant à l’effigie de Zaky. Cela a une valeur symbolique supplémentaire, étant donné que les cerfs-volants ont récemment été interdits en Égypte en tant que « menaces possibles pour la sécurité nationale ». Al Sisi, dans la liste des innombrables interdictions, a également inclus la vente et l’utilisation de ce très vieil objet entraînant des centaines d’arrestations et d’amendes, y compris celles de très jeunes gens. Il faut garder à l’esprit que, pendant le confinement, l’utilisation de ce simple objet, sur les terrasses des tours de béton de la ville du Caire et d’Alexandrie, avait augmenté de façon spectaculaire comme moyen de respirer un peu et de voyager, au moins métaphoriquement. 

« Il y a quelque chose de nouveau dans le soleil aujourd’hui – mais non
Plus comme quelque chose de vieux :  À cette distance même, 
Je sens que les violettes commencent à apparaître. »

écrit Pascoli dans le poème L’aquilone (Le cerf-volant)

Et dans toute cette affaire, qui fait encore l’objet d’une attention heureusement chaleureuse et sympathique, impliquant des militants, des associations, des institutions, qui utilisent cette image comme un symbole, il y a quelque chose d’ancien, mais aussi de nouveau. 

Nous vivons ailleurs, mais la connexion empathique qui peut être activée grâce à la force d’une image synthétique est quelque chose qui est réalisé à l’aide de nouveaux outils, mais qui opère sur des processus psychiques anciens liés à l’évolution de notre espèce. Les individus, comme Freud l’a intuité dans « Delusion and Dream in Jensen’s Gadiva », se déplacent lorsqu’ils rencontrent une image qui intercepte quelque chose qu’ils cherchent en eux-mêmes, même s’ils n’en ont pas conscience. L’image est représentation en l’absence de représentabilité : ainsi le corps emprisonné de Zaky, irreprésentable car soustrait au regard et à la relation, redevient représentable dans cette action qui dépasse les lignes qui le composent, qui tisse des relations et fait émerger des identités culturelles et sociales submergées. Une vieille histoire, la privation injustifiée de liberté, devient nouvelle et actuelle, impliquant et activant des sujets. Bien sûr, nous ne savons toujours pas comment cela va se terminer. Cependant, ces actions ont été là, elles sont là pour protéger tous les Zaky d’aujourd’hui et de demain, elles montrent que l’empereur n’a pas de vêtements et personne ne peut dire, quelle belle robe il a. 

Political Comics

Newsletter